Docteur Oren Marco Chirurgien plastique à l’Hôpital Saint-Louis, s’entretient avec Epykomène sur son métier

C’est avec un grand plaisir que nous avons eu la chance de rencontrer le Docteur Oren Marco, chirurgien plasticien et esthétique  à l’Hôpital Saint-Louis. Il partage avec nous sa passion. Un grand merci !

 image (2)

 

Depuis combien de temps exercez-vous le métier de chirurgien ?


J’ai commencé mes études de Médecine en 1999 puis la chirurgie en 2006.

La chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique m’est vite apparue comme une évidence dans mon cursus et cela fait plus de 8 ans que j’opère tous les jours avec un plaisir toujours aussi intense.

 

Quelles motivations vous ont amené à vous lancer dans cette voie ?

La chirurgie plastique et réparatrice et esthétique est un rêve d’enfant.

Tout d’abord parce qu’étant petit j’avais participé à la guérison d’un ami brûlé et j’avais été complètement fasciné par ses greffes de peau.

Un film m’a particulièrement marqué à l’âge de 10 ans « Le miroir à deux faces » d’Andrée Cayatte où Michelle Morgan changeait de visage après un accident de voiture avec un chirurgien esthétique.

Après ce film, j’ai su que c’était ce que je devais faire de ma vie ; combiner la médecine et l’esthétisme était devenu évident.

D’ailleurs il m’arrive de recevoir en consultation des amies d’enfance qui aiment me rappeler que déjà très jeune je voulais m’occuper de leur poitrine, de leur nez.

Ce qui est amusant c’est qu’elles viennent en me disant «  tu vois je t’écoute , tu avais raison tu vas t’occuper de moi ».

 

Pouvez-vous nous citer quelques adjectifs pour décrire votre métier ?

Avant tout, Passionnant tant sur le plan technique car cette discipline évolue sans cesse et le chirurgien tout au long de sa carrière est amené à  voire de nouvelles choses, mais tout aussi passionnant sur le plan humain, car c’est un réel projet entre le chirurgien et son patient, des liens fort se créent et c’est un accompagnement du premier rendez-vous et qui va bien au-delà du post-opératoire.

Je répare lorsqu’un cancer, une malformation ou un accident vient entacher la vie de mes patients.

La chirurgie esthétique, elle, permet également de se réparer de l’intérieur, psychiquement j’entends.

L’autre adjectif qui a tout son sens dans la qualification de mon métier, c’est Responsable, les patients nous confient une partie importante d’eux même qui est leur image, mais au-delà il y a aussi leur vie,  le chirurgien a  une grande responsabilité vis-à-vis de son patient, je mets tout en œuvre avec le reste de mon équipe  à la hauteur de la confiance qui m’est accordée.

 

Quelle partie de votre travail appréciez-vous le plus ?

C’est difficile de s’arrêter à un seul aspect … Etre chirurgien englobe tout un tas d’aspects aussi bien vis-à-vis des patients que des professionnels de la médecine.

Alors on ne peut pas nier l’excitation et l’adrénaline que nous avons au bloc opératoire, mais comme je vous l’ai dit précédemment, c’est avant tout l’humain qui m’anime, je suis heureux de voir mes patients  partir pour une nouvelle vie, plus épanouis.

Vis-à-vis des professionnels de la médecine, j’aime être au contact de mes mentors et pouvoir encore apprendre encore chaque jour, c’est une chance !  Réciproquement, j’aime transmettre mon métier aux internes et chefs de cliniques.

 

Dans quelles mesures selon vous, la Chirurgie esthétique est un Luxe et vient améliorer/changer la vie de vos patients ?

 

La chirurgie esthétique est un luxe dans la mesure où elle ne relève pas de la stricte nécessité . Il est également important de souligner qu’il ne s’agit pas que de superflu non plus, les personnes qui nous sollicitent ne sont pas des caricatures obsédées par leur image, loin de là.

 

Ce luxe auparavant réservé à une élite est véritablement accessible à plus en plus de personnes, c’est un investissement financier et personnel, c’est pour cela que je l’ai qualifié de véritable projet de vie.

Nous ne sommes pas là pour changer la vie des personnes, mais les accompagner à être véritablement eux-mêmes, si une personne ne se reconnait plus, c’est un échec.

La chirurgie plastique est un processus d’embellissement, la finalité est de se sentir mieux dans sa peau, plus confiant et épanoui tout en restant soi-même.

 

 

Avez-vous des projets particuliers ou des idées pour 2016 ?

Je suis particulièrement investi dans la reconstruction du sein qui à mon sens n’est pas assez développé encore en France puisque trop peu de femmes se font reconstruire après l’ablation du sein.

Je m’implique également dans la chirurgie des cancers de la peau avec l’équipe de dermatologie de l’hôpital.

Et je développe également mon activité de chirurgie esthétique, car le challenge est différent mais tout aussi passionnant avec une retour aux techniques chirurgicales plus naturelle , moins invasive.

Je pense qu’il existe comme dans le monde de la musique ou du cinéma une « French Touch » pour la chirurgie esthétique car les patientes française opérées ressemblent très rarement aux stéréotypes que l’on peut retrouver dans les médias étrangers.

 

Voici maintenant quelques questions sur l’homme qu’est Oren Marco :

Quels hommes (Chirurgiens ou non) vous inspirent le plus ? Cela se répercute-t-il sur votre travail ?


D’une manière générale , j’aime les grands patrons, les décisionnaires, les fortes têtes, qu’ils soient hommes ou femme d’ailleurs.

Je pense que cela demande de grandes qualités humaines que de pouvoir gérer une équipe et cela est valable également dans le milieu médical.

J’ai la chance d’avoir rencontré de grands chirurgiens qui m’ont formé tout au long de ma carrière et j’ai la chance maintenant de travailler avec l’un des plus grands qui est toujours disponible pour son équipe, le Professeur Maurice Mimoun.

 

Quel personnage réel ou fictif, vivant ou mort, rêvez-vous de rencontrer ?

 

J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de personnes qui me fascinait plus jeune et maintenant de les fréquenter dans ma vie quotidienne .

Globalement je reste toujours émerveillé lorsque je rencontre un artiste passionné dans la mode, le cinéma ou la musique car j’ai l’impression , même si je suis médecin, de faire quelque chose de très artistique.

Quel est votre dessert préféré ?


Sans hésitation les profiteroles au chocolat, c’est un dessert gourmand je l’avoue et très raffiné à la fois, certaines présentations sont époustouflantes

Ce que j’aime aussi dans ce dessert c’est la variété des textures et le mélange du chaud et froid…

 

Si la chirurgie esthétique était un art, visuel ou autre, lequel serait-il à vos yeux ?

 

La chirurgie esthétique, c’est avant tout une spécialité à part en médecine puisque l’on soigne le corps pour la tête chez quelqu’un qui n’est pas malade.

C’est une spécialité compliquée qui ne relève pas de l’art, qui s’apprend et qui est très codifié.

Dans mon histoire personnelle, j’ai toujours été attiré par la peinture et la sculpture que j’ai toujours pratiqué ; en ce sens c’est un certain goût pour l’esthétisme qui m’a aussi poussé vers l’esthétique.

Mais la clé d’une bonne intervention de chirurgie esthétique ce n’est pas le côté artistique du chirurgien mais avant tout de savoir décrypter les demandes des patients, pour pouvoir remodeler leurs corps.

 


Et pour finir, une citation que vous voudriez partager ?

« L’obstination est le chemin de la réussite » cette citation de Charlie Chaplin me tient particulièrement à cœur.

Je suis parti de rien, et j’ai travaillé très dur pour concrétiser mon rêve d’enfant de devenir chirurgien.

Cette citation est un moteur, quels que soient vos projets, vous pouvez tout réussir si vous mettez tout en œuvre pour y arriver.

 

If you want to read the interview of Oren Marco in english

 

Discover more posts about Luxury !

%d bloggers like this: