C’est toujours un grand plaisir de rencontrer Amaury Brac de La Perrière, photographe professionnel. Amaury partage avec nous sa passion de l’art de la photographie.

Un grand merci pour ces précieux moments !

 

©AmauryBrac-DeGrisogono-Cannes-Epyblog-Epykomène

Depuis combien de temps faites-vous de la photographie ?

Mon premier contact avec un Appareil Photo Numérique (APN) remonte à 2007, après une première saison d’hiver effectuée en restauration j’ai pu m’offrir un bridge Leica.  Mais ce n’est que plus tard, en 2009, que j’ai réellement commencé à gagner ma vie grâce à la photographie.

 

Comment devient-on photographe ? Et vous Amaury, quel a été votre parcours ?

Je pense qu’il y a autant de photographes que de manières différentes de le devenir. « Photographe » est un immense mot pour moi et large de sens, qui englobe beaucoup de métiers différents.

Bien entendu, il y a le chemin classique permettant de devenir photographe grâce au cursus scolaire, ou bien l’apprentissage en étant l’assistant d’un photographe déjà expérimenté.

Pour ma part, ce chemin s’est effectué un peu par hasard. En juin 2009, je me suis installé dans le golfe de St-Tropez, et c’est en me présentant à Nikki Beach pour postuler à un poste de Bar-Tender que j’ai eu l’occasion de rencontrer Cyrille Margarit, qui est la responsable du corner photo du Nikki Beach. J’ai donc commencé la photographie en tant que Filmeur (photographe de plage) dans le groupe Nikki Beach, au rythme des saisons entre St Tropez et St Barthélémy. C’est en vendant mes photos aux différentes tables que j’ai appris à maîtriser la technique et affûter mon œil de photographe.

Amaury Brac - St Tropez - Epyblog

Pourquoi la photographie ?

J’ai toujours passé du temps à observer et apprécier visuellement ce qui m’entoure. J’ai le souvenir d’avoir passé beaucoup plus de temps à regarder les montagnes depuis les fenêtres de mes salles de classe que le tableau qui aurait dû lui retenir mon attention. Etant incapable de griffonner, dessiner ou peindre, la photographie est pour moi le meilleur mode d’expression et le moyen le plus noble de retranscrire ce qui me séduit au quotidien, sans en dénaturer la beauté.

 

Avez-vous des projets photographiques en rapport avec le secteur du luxe ?

Etant basé dans le golfe de St Tropez, je suis toujours plus ou moins en relation avec le monde du luxe, car une grande partie de ma clientèle est en rapport direct et permanent avec le monde du luxe.

Par rapport à cela, j’ai eu la chance grâce à Stéphane Kossmann de travailler pour les marques joaillières Chopard et De Grisogono durant les derniers Festivals de Cannes. Je travaille également de manière régulière avec des agences événementielles spécialisées dans le luxe telles que l’agence CMP Paris ou encore Profirst Paris.

©AmauryBrac-Chopard-Clara-Delevingne-Epyblog ©AmauryBrac-DeGrisogono-Irina-Shayk-Epyblog

Quel thème photographique affectionnez-vous particulièrement ?

La STREET PHOTOGRAPHIE !  Je ne suis pas citadin dans l’âme mais j’affectionne particulièrement mes petites balades dans les rues et ruelles de villes connues ou même inconnues. J’aime l’aspect humain alors vous imaginez bien que la ville est pour moi un vivier débordant d’opportunités photographiques ! Depuis quelques mois, j’essaie de me concentrer sur des Séries de Photos, une chose que je n’avais jamais faite jusqu’à présent, notamment une série qui me tient particulièrement à cœur sur des Chapeaux, nommés “Man with Hat“.

Amaury Brac - Man with Hat - Photography exhibition - Epyblog - Epykomène

Existe-il une « Amaury Touch » dans vos photographies ?

[Rires]… Il n’est pas facile pour moi d’avoir un œil extérieur sur mon travail !

« Les écrivains écrivent avec leurs vocabulaires et leurs syntaxes. Les photographes aussi ont leurs vocabulaires et leurs syntaxes. » Jacqueline Salmon

Je pense que vous êtes mieux placés pour pouvoir définir ma « touch » et pour ce faire,  je vous propose de visionner le slide show ci-dessous, dans lequel vous trouverez certaines de mes images les plus marquantes de l’année 2015.

MY EYES ON 2015 – YouTube

Et maintenant je vous retourne la question, quelle est selon vous l’”Amaury Touch” ?

 

Quels sont les photographes qui vous inspirent le plus et comment cela se répercute-t-il sur votre travail ?

Je pourrais vous donner une liste de noms sans fin, mais je vais essayer de faire court !

Peter Lindbergh pour ses portraits de Femmes sublimes et sublimés.

Patrick Demarchelier pour ces nus doux, gracieux et respectueux.

Nick Brant, pour son oeuvre sur la savane africaine, majestueuse !

Eggleston, tout particulièrement pour ces premiers films en couleurs.

Vivian Maier, La reine de la street photographie, qui a donné ses lettres de noblesses a cette discipline que j’affectionne tant.

Sébastien Salgado, pour ces noirs et blancs sans commune mesure, et pour l’extraordinaire Homme Humaniste qu’il est ! Je vous recommande fortement de visionner son film, Le Sel de la Terre. Émotions fortes garanties !

Sans oublier Henri Cartier-Bresson et son livre Images à la Sauvette, la Bible pour tout les photographes depuis sa sortie en 1952.

Voilà quelques noms qui sont essentiels à mes yeux. Quant à l’influence qu’ils  peuvent avoir sur mon travail,  il m’est difficile d’en percevoir les nuances, tout en sachant qu’elles sont bien présentes en moi.

 

Si vous ne deviez choisir qu’une image de votre photothèque, laquelle serait-elle et pourquoi ?

Difficile de n’en choisir qu’une, malgré tout je n’ai pas eu à la chercher longtemps. Cette images date de 2012, vous y découvrez le magnifique escalier principal de l’hôtel Martinez à Cannes. Pour la petite anecdote, l’hôtel Martinez fait appel à des Fauconniers afin d’éloigner les mouettes et goélands qui s’invitent aux tables des clients. Pour prendre cette photo et capturer cet instant je me suis allongé au sol devant les ascenseurs de l’hôtel dans le lobby ! Nous étions en plein Festival de Cannes, j’ai juste eu le temps de prendre la photo avant que le service de sécurité ne vienne jusqu’à moi pour m’évacuer… Par chance, une des responsables de l’hôtel a assisté à la scène et m’a «sauvé» d’une évacuation un peu musclée. C’est un excellent souvenir et une image dont je ne me lasse pas !

©AmauryBrac-Faucon-Martinez-Cannes-Hotel-Epyblog

Quelle photo rêvez-vous de faire ?

Toutes celles que je n’ai pas eu le temps de prendre !

J’essaie de ne jamais me déplacer sans mon boitier et malgré tout, j’ai bien souvent l’impression de passer à côté de merveilleuses images. Alors au lieu d’en rêver, j’essaie de ne pas passer à côté de celles qui s’offrent à moi !

 

Avez-vous des projets ou des idées pour la suite de l’année 2016 ?

L’année 2015 c’est merveilleusement bien terminé, j’ai signé chez Getty Images fin décembre, ce qui devrait beaucoup influencer mon année 2016. J’ai aussi, grâce à Audrey Kabla, pu vivre une première expérience en tant qu’intervenant dans une formation Luxe, où j’ai pu partager ma passion et mon quotidien avec une classe d’étudiants en master Luxe. J’aimerais développer cette activité pour l’hiver prochain, quoi de plus beau que la transmission !

Quant à ma passion pour la photographie, j’aimerais beaucoup que 2016 soit l’année d’une première exposition. Il va falloir s’en donner les moyens, mais je commence à y croire !

 

Si vous étiez une marque de luxe, laquelle serait-elle ? 

J’ai très envie de vous parler la marque Leica. C’est une Maison fondée en 1849 et qui depuis les années 1920, est à la pointe de la technologie photographique.

Le design et le système de fonctionnement n’ont pas changés depuis les années 50.

J’ai la chance depuis quelques mois d’évoluer avec un Boitier Leica Numérique, c’est un vrai bonheur et même une expérience presque mythique ! Entre photographes, nous avons l’habitude de dire qu’avec un Nikon (ou tout autre appareil) nous prenons des photos et qu’avec un Leica, nous composons une image.

C’est à mes yeux les boîtiers les plus luxueux du marché, et ils sont encore totalement assemblés à la main en Allemagne à Wetzlar. Plus qu’un appareil photo, c’est un merveilleux objet intemporel qui permet de figer les époques, qu’il traverse si gracieusement.

Amaury Brac de La Perrière

Quel personnage réel ou fictif, vivant ou mort, auriez-vous ou souhaiteriez-vous photographier ?

Nelson Mandela, sans aucune hésitation !

Faute de pouvoir envisager un portrait de ce beau Nelson Mandela, j’adorerai pouvoir passer un moment aux cotés de Shepard Fairey, plus connu sous le nom d’Obey the Giant. C’est l’un des Street-Artist les plus prolifiques au monde, j’aime la manière qu’il a de mettre en lumière des causes de toutes sortes. Particulièrement connu du grand publique depuis son image «  HOPE » pour Obama durant sa campagne présidentielle, c’est un de mes Héros du quotidien.

obama-hope-amaury brac-epyblog-epykomène

Quel est votre dessert préféré ?

Un seul ? Non c’est bien trop compliqué pour moi, alors j’en donne plus !

Le Paris-Brest de Conticini, un bon Pain-Perdu avec un peu de caramel au beurre salé, un riz au lait avec une compotée de mangue, et pour finir un de mes plus grands plaisir en été, un énorme plateau de fruit frais !

paris-brest-conticini-amaury brac- epyblog

 Si nous anticipions quelque peu la fin de votre carrière professionnelle, quel en serait l’épilogue ?

On dit souvent qu’il ne reste qu’une image d’un photographe. J’entends par là qu’avec le temps, on associe une image à un nom.

Si je vous dis Robert Doisneau, vous penserez forcément au Baiser, image prise depuis une terrasse de café d’un jeune couple qui s’embrasse devant l’Hotel de ville de Paris.

Un autre exemple, si je vous parle de cet enfant qui court dans une rue de Paris avec une grande baguette sous le bras, vous penserez tout de suite à Willy Ronis.

J’aimerais m’inscrire dans les traces des photographes humanistes qui documentent leur temps et évoquent des moments de vie. J’aurais réussi ma vie si je parviens a mon tour, à associer mon nom à une image qui traversera le temps.

 

Et pour finir, une citation que vous voudriez partager ?

Le temps court et s’écoule et notre mort seule arrive à le rattraper. La Photographie est un couperet qui dans l’éternité saisit l’instant qui l’a éblouie.” Henri Cartier-Bresson

 

More on Amaury Brac :

Discover Amaury Brac de la Perrière in Cannes

Discover the shooting with Amaury Brac de la Perrière & Epykomène

Discover the Photography Exhibition of Amaury Brac de la Perrière

Amaury Brac de La Perrière is on social medias :

Facebook
Instagram
Linkedin

You Tube

Amaury Brac de la Perrière - epyblog - epykomène ©AmauryBrac-Juozas-Statkevicius